photos01 photos03
Avec cette rencontre fortuite entre la parole et l’image poétiques, Carol Poulin nous étale son bonheur de dire, de peindre et de dessiner en toute liberté, sans nulle autre contrainte que celle d’obéir à l’impulsion créatrice. L’acuité de son imaginaire provoque la rêverie et nous projette dans nos propres songes. Les images et les mots se tissent en mystère, des ténèbres à la lumière, autour des états d’âme du peintre accompli et du poète naissant.
 
04
Masques, huile sur toile, 46 x 69 cm, 2004
 
04
 
04
 
04
 

Merci de nous offrir ta vision poétique du monde, en ces temps sombres qui assaillent l’humanité.

Thérèse Labbé, historienne de l’art, 17 septembre 2004